Psaume 18

Le Seigneur est vivant !
Merci à celui qui est mon rocher !
Dieu, mon sauveur, est grand !

Le Seigneur est vivant !
Merci à celui qui est mon rocher !
Dieu, mon sauveur, est grand !

psaumes_bible

Du répertoire du chef de chorale.
Chant appartenant au recueil de David,
le serviteur du Seigneur.
David adressa ces paroles au Seigneur,
quand celui-ci l’eut délivré
de tous ses ennemis,
en particulier de Saul.

Je t’aime, Seigneur, tu es ma force.
Le Seigneur est pour moi un roc,
un refuge où je suis en sûreté.
Mon Dieu est pour moi un rocher
où je suis à l’abri du danger,
un bouclier qui me protège,
une forteresse où je suis sauvé.
Qu’on acclame le Seigneur !
Dès que je l’appelle au secours,
je suis délivré de mes ennemis,
je suis délivré de mes ennemis.

La Mort me tenait déjà enchaîné, elle m’effrayait comme un torrent destructeur ; j’étais presque prisonnier du monde des ombres, son piège se refermait sur moi. Mais dans ma détresse, j’ai appelé le Seigneur, j’ai crié au secours vers mon Dieu. De son temple, il a entendu ma voix, il a bien voulu écouter mon cri.

Alors la terre fut prise de tremblements, les montagnes vacillèrent sur leurs bases, elles chancelèrent devant la colère du Seigneur. Une fumée montait de ses narines, un feu dévorant sortait de sa bouche, accompagné d’étincelles brûlantes. Le Seigneur inclina le ciel et descendit, un sombre nuage sous les pieds. Monté sur un chérubin, il prit son vol, sur les ailes du vent il se mit à planer. Il se cacha au cœur d’un nuage noir, il s’entoura d’épaisses fumées, sombres comme l’eau profonde. Devant lui une vive lumière, des nuages qui passaient, de la grêle, des étincelles de feu. Au ciel le Seigneur fit gronder le tonnerre, le Dieu très-haut fit retentir sa voix. Il lança des éclairs en tous sens, tira ses flèches dans toutes les directions.

Le Seigneur est vivant !
Merci à celui qui est mon rocher !
Dieu, mon sauveur, est grand !
Le Seigneur est vivant !
Merci à celui qui est mon rocher !
Dieu, mon sauveur, est grand !

Devant ces menaces du Seigneur, devant la tempête de sa colère, le fond des océans fut dévoilé, les fondations du monde apparurent. Alors du haut du ciel, il étendit la main et me saisit, il m’arracha au danger qui me submergeait, il me délivra de mes puissants ennemis, de mes adversaires trop forts pour moi. Au jour du désastre ils m’avaient assailli, mais le Seigneur est venu me soutenir, il m’a dégagé, m’a rendu la liberté. Il m’aime, voilà pourquoi il m’a délivré.

Le Seigneur me traite ainsi parce que je lui reste fidèle ; il me récompense d’avoir toujours agi honnêtement. J’observe les recommandations du Seigneur, je ne me rends pas coupable envers mon Dieu. Oui, j’observe les règles qu’il a prescrites, je ne rejette pas ce qu’il a ordonné. Je veux qu’il n’ait rien à me reprocher, je me garde d’être en faute. Alors le Seigneur m’a récompensé de lui être resté fidèle et d’avoir fait ce qu’il jugeait honnête.

Seigneur, tu te montres fidèle envers qui t’est fidèle, irréprochable avec l’homme irréprochable. Tu te montres pur avec qui est pur, mais habile avec l’homme de mauvaise foi. Tu viens toi-même au secours du peuple humilié, mais tu fais baisser les yeux aux orgueilleux. Seigneur, tu es pour moi une lampe allumée, mon Dieu, tu éclaires la nuit où je suis.

Avec toi, je prends d’assaut une muraille, grâce à toi, mon Dieu, je peux franchir un rempart. Dieu est un guide parfait, les avis qu’il donne sont sûrs ; il est comme un bouclier pour tous ceux qui se réfugient auprès de lui. Un seul est Dieu, c’est le Seigneur ; un seul est un rocher pour nous, c’est notre Dieu ! C’est lui qui me donne la force d’agir, qui me fait réussir ce que j’entreprends, qui me donne l’agilité de la gazelle, et me maintient debout sur les hauteurs. C’est lui qui m’entraîne au combat et m’aide à tendre l’arc le plus puissant.

Seigneur, ta main droite me soutient ; comme un bouclier, tu me protèges et me sauves, tu réponds à mes appels et tu me rends fort. Grâce à toi, je cours plus vite sans faire de faux pas. Je poursuis mes ennemis, je les rattrape et ne fais pas demi-tour avant d’en avoir fini avec eux. Je les taille en pièces, ils ne peuvent plus se relever ; ils sont à terre, je mets le pied sur eux. Tu me donnes la force de combattre, tu fais plier mes agresseurs, les voici à mes pieds. Devant moi, tu mets en fuite mes ennemis, je peux réduire à rien mes adversaires. Ils ont beau crier au secours, personne ne leur vient en aide ; ils s’adressent au Seigneur, mais il ne leur répond pas. Je les pulvérise comme une poussière au vent, je les piétine comme la boue des rues. Tu me mets à l’abri d’un peuple révolté, tu me places à la tête des nations. Des gens inconnus se soumettent à moi, au moindre mot, ils m’obéissent. Des étrangers viennent me flatter, ils perdent leur assurance, ils sortent en tremblant de leurs abris.

Le Seigneur est vivant ! Merci à celui qui est mon rocher ! Dieu, mon sauveur, est grand ! C’est le Dieu qui me donne ma revanche et qui me soumet des peuples. Seigneur, tu me mets à l’abri face à mes ennemis ; plus, tu me rends victorieux de mes agresseurs, tu me délivres des hommes violents. Je veux donc te louer parmi les nations et te célébrer par mes chants. Le Seigneur fait de grandes choses pour secourir le roi qu’il a choisi, il traite avec bonté celui qu’il a consacré, David, et ses descendants, pour toujours.

psaumes_bible