L’Arbre de vie

 

Extrait à 5m40s

l_arbre_de_vie

Le vent souffle où il veut
Et tu en entends le bruit,
Mais tu ne sais pas d’où il vient ni où il va !
Le vent souffle où il veut
Et tu en entends le bruit,
Mais tu ne sais pas d’où il vient ni où il va !

Conduis-moi Seigneur dans Tes sentiers
Conduis-moi Seigneur dans Tes sentiers

Conduis-moi plus près de Toi,
Et plus près de ceux que Tu aimes.
Conduis-nous plus près de Toi,
Et plus près de Ta volonté !

Donne-nous aujourd’hui le pain de vie !
Le fruit de l’Arbre de la Vie
Qui coule en nous !

Donne-nous aujourd’hui le pain de vie !
Le fruit de lèvres qui confessent Ton nom !

Seigneur je ne suis rien sans Toi
Je ne suis rien sans Toi…

Textes préparatoires

Texte de Henri Viaud-Murat

Dieu appelle chacun et lui dit où es-tu ?

Et Dieu avait placé dans ce jardin magnifique deux arbres, l’un s’appelait l’arbre de vie, et un autre au milieu du jardin qui s’appelait l’arbre de la connaissance du bien et du mal. Et Dieu avait dit à l’homme : « Tu pourras manger de tous les arbres du jardin (y compris de l’arbre de vie), mais tu ne mangeras pas de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, car le jour où tu en mangeras, tu mourras » (Genèse 2:17). Donc le choix était clair.

L’arbre de vie représente la vie éternelle de Dieu, la vie de Christ. Et l’arbre de la connaissance du bien et du mal représente la vie personnelle d’un homme qui est séparé de Dieu, et qui veut connaître les choses de lui-même, sans être dépendant de Dieu.

S’ils avaient mangé de l’arbre de vie, ils auraient entretenu la dépendance complète entre eux et Dieu. En mangeant de cet arbre de vie, ils auraient reçu constamment la vie de Dieu, qui devait entretenir la vie éternelle qu’ils avaient en eux. Et Dieu leur avait dit : « Si tu manges de l’autre arbre, tu mourras certainement ». La mort spirituelle, c’est le fait d’être coupé de Dieu.

Ils étaient en communion avec Dieu, ils connaissaient Dieu. C’est merveilleux de penser qu’au début Dieu a eu cette pensée dans son cœur : il a voulu créer un homme et une femme qui le connaissent, qui le voient, qui parlent avec lui, et qu’il pouvait nourrir constamment de sa vie éternelle, de son amour parfait. Dieu a un cœur tellement grand, tellement plein d’amour, qu’il lui fallait quelqu’un sur lequel déverser cet amour en permanence. Si Dieu était resté tout seul, il n’aurait eu personne sur qui déverser cet amour. Il lui fallait une créature pour lui dire : « Je veux déverser en toi en permanence cet amour pour que tu vives de ma présence.

La sagesse est un arbre de vie

Proverbe 3:13-26

Heureux l’homme qui trouve la sagesse et découvre la raison. Les profits de l’argent, la richesse de l’or, n’offrent pas autant d’avantages. La sagesse a plus de valeur que des perles précieuses. On ne peut rien désirer de meilleur.Elle aide l’homme à vivre longtemps, elle lui procure prospérité et honneur. Elle le dirige sur des chemins agréables où il avance en toute sécurité. 18 C’est un arbre de vie pour ceux qui la pratiquent, ceux qui s’y attachent sont heureux.

Par sa sagesse le Seigneur a fondé la terre, il a fixé le ciel par son intelligence. Par sa science les eaux d’en bas ont jailli sur le sol et les nuages ont déversé la pluie. Mon fils, que le discernement et la réflexion te guident, ne t’en détourne jamais. Ils te feront vivre d’une vie véritable et belle. Tu pourras avancer avec assurance, aucun obstacle ne te fera tomber. Le soir tu te coucheras sans peur et la nuit ton sommeil sera paisible. Tu n’auras à craindre ni terreurs soudaines, ni attaques de la part des méchants. Car le Seigneur te gardera en sécurité, il écartera tout piège de tes pas.

Désert ou abondance ?

Jérémie 17:5-8

Ainsi parle le Seigneur: Maudit, l’homme qui compte sur des mortels: sa force vive n’est que chair, son cœur se détourne du Seigneur. Pareil à un arbuste dans la steppe, il ne voit pas venir le bonheur: il hante les champs de lave du désert, une terre salée, inhabitable. Béni, l’homme qui compte sur le Seigneur: le Seigneur devient son assurance. Pareil à un arbre planté au bord de l’eau qui pousse ses racines vers le ruisseau, il ne sent pas venir la chaleur, son feuillage est toujours vert; une année de sécheresse ne l’inquiète pas, il ne cesse de fructifier.

Psaume 1:1-6

Heureux l’homme qui ne prend pas le parti des méchants, ne s’arrête pas sur le chemin des pécheurs et ne s’assied pas au banc des moqueurs, mais qui se plaît à la loi du Seigneur et récite sa loi jour et nuit ! Il est comme un arbre planté près des ruisseaux : il donne du fruit en sa saison et son feuillage ne se flétrit ps ; il réussit tout ce qu’il fait. Tel n’est pas le sort des méchants : ils sont comme la bale que disperse le vent. Lors du jugement, les méchants ne se relèveront pas, ni les pécheurs au rassemblement des justes. Car le Seigneur connaît le chemin des justes, mais le chemin des méchants se perd.