La montagne du Seigneur

 

Extrait à 16m15s

viens_a_la_montagne_du_seigneur

Il est la porte des brebis
Et Il a souffert pour toi
Il a pris tes péchés sur la croix.
Pour que tu puisses venir
Devant un Dieu trois fois saint !

Ne résiste pas, ne résiste pas !
Abandonne-toi, viens à la croix !
Viens à la montagne du Seigneur,
À la montagne du Seigneur,
Chercher Sa face.

Viens à la montagne du Seigneur,
À la montagne du Seigneur,
Tu le verras face à face

Si tes péchés sont noir comme l’enfer,
Si ta vie est sombre comme les ténèbres,
Sa lumière te remplira,
Et Sa gloire te rempplira !

Y a pas de péché trop grand,
Qu’Il ne peut pardonner !
Il n’y en a aucun qui soit digne d’entrer.
Mais Il a pourvu pour le salut,

Viens à la montagne du Seigneur,
À la montagne du Seigneur
Chercher Sa face !
Viens à la montagne du Seigneur,
À la montagne du Seigneur,
Tu seras pardonné !

Approchez-vous de Dieu,
Et Il s’approchera de vous !
Purifiez vos mains, hommes irrésolus !
Sentez votre misère,
Venez à genou devant Lui !
Touchez Sa robe et vous serez sauvé !

Textes préparatoires

L’appel de Dieu

Exode 19:3-6 Moïse gravit la montagne pour rencontrer Dieu. Du sommet, le Seigneur appela Moïse et lui dit : Voici ce que tu déclareras aux descendants de Jacob, les Israélites : Vous avez vu comment j’ai traité les Égyptiens ; vous avez vu comment je vous ai amenés ici, près de moi, comme un aigle porte ses petits sur son dos. Maintenant, si vous écoutez bien ce que je vous dis et si vous respectez mon alliance, vous serez pour moi un peuple particulièrement précieux parmi tous les peuples. En effet toute la terre m’appartient, mais vous serez pour moi un royaume de prêtres, une nation consacrée à mon service. Voilà ce que tu diras aux Israélites.

1 Pierre 2:4-10 Approchez-vous de lui, pierre vivante, rejetée par les hommes mais choisie et précieuse devant Dieu. Vous-mêmes, comme des pierres vivantes, entrez dans la construction de la Maison habitée par l’Esprit, pour constituer une sainte communauté sacerdotale, pour offrir des sacrifices spirituels, agréables à Dieu par Jésus Christ. Car on trouve dans l’Écriture : Voici, je pose en Sion une pierre angulaire, choisie et précieuse, et celui qui met en elle sa confiance ne sera pas confondu.

À vous donc, les croyants, l’honneur ; mais pour les incrédules la pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre de l’angle, et aussi une pierre d’achoppement, un roc qui fait tomber. Ils s’y heurtent, parce qu’ils refusent de croire à la parole, et c’est à cela qu’ils étaient destinés. Mais vous, vous êtes la race élue, la communauté sacerdotale du roi, la nation sainte, le peuple que Dieu s’est acquis, pour que vous proclamiez les hauts faits de celui qui vous a appelés des ténèbres à sa merveilleuse lumière, vous qui jadis n’étiez pas son peuple, mais qui maintenant êtes le peuple de Dieu ; vous qui n’aviez pas obtenu miséricorde, mais qui maintenant avez obtenu miséricorde.

Vous serez saint

2 Pierre 1: 3-11Sa divine puissance nous a donné tout ce qui contribue à la vie et à la piété, en nous faisant connaître celui qui nous a appelés par sa propre gloire et par sa vertu. Par elles les promesses les plus précieuses et les plus grandes nous ont été données, afin que par elles vous deveniez participants de la nature divine, en fuyant la corruption qui existe dans le monde par la convoitise ; à cause de cela même, faites tous vos efforts pour joindre à votre foi la vertu, à la vertu la connaissance, à la connaissance la maîtrise de soi, à la maîtrise de soi la persévérance, à la persévérance la piété, à la piété la fraternité, à la fraternité l’amour.

En effet, si ces choses existent en vous et s’y multiplient, elles ne vous laisseront pas sans activité ni sans fruit pour la connaissance de notre Seigneur Jésus-Christ ; mais celui qui ne les possède pas est un aveugle, il a les yeux fermés, il a mis en oubli la purification de ses anciens péchés.

1 Pierre 1:14-16 Comme des enfants obéissants, ne vous conformez pas aux désirs que vous aviez autrefois, dans votre ignorance ; mais, de même que celui qui vous a appelés est saint, vous aussi devenez saints dans toute votre conduite, puisqu’il est écrit : Vous serez saints, car je suis saint.

1 Pierre 2:1-3 Rejetez donc toute méchanceté et toute ruse, toute forme d’hypocrisie, d’envie et de médisance. Comme des enfants nouveau-nés, désirez le lait pur de la parole afin que, par lui, vous grandissiez pour le salut, si vous avez goûté que le Seigneur est bon.

Humilions-nous

Lamentations 3:31-42 Car le Seigneur n’est pas de ceux qui rejettent pour toujours. Même s’il fait souffrir, il reste plein d’amour, tant sa bonté est grande. Ce n’est pas de bon cœur qu’il humilie et qu’il fait souffrir les humains. Quand on foule aux pieds tous les prisonniers d’un pays, quand on défie le Dieu très-haut en violant les droits de l’homme, quand on tord la justice dans un procès, le Seigneur ne le voit-il pas ? Qui peut, d’un seul mot, provoquer l’événement ? N’est-ce pas le Seigneur qui décide ?

N’est-ce pas la parole du Dieu très-haut qui suscite tout, malheur ou bonheur ? Alors de quoi l’homme peut-il se plaindre, s’il est encore en vie, malgré ses fautes ? Examinons de près notre conduite et revenons au Seigneur. Prions de tout notre cœur, en levant les mains vers Dieu qui est dans les cieux.

Jacques 4:7-10 Soumettez-vous donc à Dieu, mais résistez au diable, et il fuira loin de vous ; approchez-vous de Dieu et il s’approchera de vous. Nettoyez vos mains, pécheurs, et purifiez vos cœurs, hommes partagés ! Reconnaissez votre misère, prenez le deuil, pleurez ; que votre rire se change en deuil et votre joie en abattement ! Humiliez-vous devant le Seigneur, et il vous élèvera.

Psaume 32:1-5 Heureux celui que Dieu décharge de sa faute, et qui est pardonné du mal qu’il a commis ! Heureux l’homme que le Seigneur ne traite pas en coupable, et qui est exempt de toute mauvaise foi ! Tant que je ne reconnaissais pas ma faute, mes dernières forces s’épuisaient en plaintes quotidiennes. Car de jour et de nuit, Seigneur, tes coups pleuvaient sur moi, et j’étais épuisé, comme une plante au plus chaud de l’été. Mais je t’ai avoué ma faute, je ne t’ai pas caché mes torts. Je me suis dit : Je suis rebelle au Seigneur, je dois le reconnaître devant lui. Et toi, tu m’as déchargé de ma faute.

Un chemin vivant

Hébreux 10:19-24 Ainsi donc, frères, nous avons l’assurance d’un libre accès au sanctuaire par le sang de Jésus, accès que Jésus a inauguré pour nous comme un chemin nouveau et vivant au travers du voile, c’est-à-dire de sa chair ; et nous avons un souverain sacrificateur établi sur la maison de Dieu. Approchons-nous donc d’un cœur sincère, avec une foi pleine et entière, le cœur purifié d’une mauvaise conscience et le corps lavé d’une eau pure. Confessons notre espérance sans fléchir, car celui qui a fait la promesse est fidèle. Veillons les uns sur les autres pour nous inciter à l’amour et aux œuvres bonnes.

1 Pierre 2:21-25 21 C’est à cela que Dieu vous a appelés, car le Christ aussi a souffert pour vous, vous laissant un exemple, pour que vous suiviez ses traces. Il n’a commis aucun péché, ses lèvres n’ont jamais prononcé de mensonge. Injurié, il ne ripostait pas par l’injure. Quand on le faisait souffrir, il ne formulait aucune menace, mais remettait sa cause entre les mains du juste Juge. Il a pris nos péchés sur lui et les a portés dans son corps, sur la croix, afin qu’étant morts pour le péché, nous menions une vie juste. Oui, c’est par ses blessures que vous avez été guéris. Car vous étiez comme des brebis errantes mais, à présent, vous êtes retournés vers le berger qui veille sur vous.

Jean 10:7-14 Jésus reprit : « En vérité, en vérité, je vous le dis, je suis la porte des brebis. Tous ceux qui sont venus avant moi sont des voleurs et des brigands, mais les brebis ne les ont pas écoutés. Je suis la porte : si quelqu’un entre par moi, il sera sauvé, il ira et viendra et trouvera de quoi se nourrir. Le voleur ne se présente que pour voler, pour tuer et pour perdre ; moi, je suis venu pour que les hommes aient la vie et qu’ils l’aient en abondance. Je suis le bon berger : le bon berger donne sa vie pour ses brebis. Je suis le bon berger, je connais mes brebis et mes brebis me connaissent

Qu’il fait bon chez Toi Seigneur

viens_a_la_montagne_du_seigneur2